retrospective – “You come. we’ll show you what we do” ou “la perspective de la pomme. histoires et pratiques du contact improvisation”

Issu des pratiques expérimentales des danseuses et des danseurs, depuis son apparition, il y a un demi siècle aux États Unis, le Contact Improvisation ne cesse d’interroger la dimension du corps dansant à partir des notions de poids et de gravité, et à travers une communication par le contact et le toucher.
Les savoirs incorporés du Contact Improvisation, ses techniques intérieures, ses codes d’expérimentation relationnels, ses formes émergentes d’organisation, ses habitudes lexicales représentent aujourd’hui les principaux objets d’intérêt des chercheuses et des chercheurs en danse à l’égard de cette pratique corporelle.
Parmi les publications à venir, nous signalons La perspective de la pomme. Histoires et pratiques du Contact Improvisation/Il punto di vista della mela. Storie e pratiche della Contact Improvisation (Bologne, Massimiliano Piretti éditeur, automne 2021), un ouvrage collectif publié en deux versions, l’une en français et l’autre en italien, dirigé par Emma Bigé, Francesca Falcone, Alice Godfroy et Alessandra Sini, qui donnera visibilité à la vitalité et à la longévité du Contact Improvisation dans les différentes situations géographiques, culturelles et historiques de son développement. L’ouvrage s’appuie en effet sur une pluralité d’approches – historique, poïétique et socioculturelle – autorisant la rencontre entre les cultural/gender studies d’origine américaine et les études en danse européennes.
Fruit de la collaboration entre l’association des Chercheurs en Danse (aCD) et son homologue italienne (AIRDanza), ce volume collectif est une extension du colloque international « You Come. We’ll Show You What We Do », qui témoigne d’un nouveau partenariat entre les deux associations de chercheur·se·s et d’une première étape européenne pour rassembler les approches universitaires sur le Contact Improvisation au niveau international.
Proposé dans les espaces du musée MACRO ASILO de Rome, du 30 novembre au 2 décembre 2018, le colloque avait rassemblé une centaine de participants et un échantillon de spécialistes reconnus – praticien·ne·s comme chercheur·se·s. Et précisément le fait que c’est la ville de Rome qui a accueilli l’événement en 1973, ce n’est pas non plus anodin : ce fut, en effet, à Rome, dans la galerie l’Attico de Fabio Sargentini, que le Contact Improvisation a commencé à être connu et pratiqué en Europe.
Organisé par Emma Bigé, Francesca Falcone, Alice Godfroy et Alessandra Sini, « You Come. We’ll Show You What We Do » a proposé sur trois journées deux axes d’interventions, l’une historique et l’autre poïétique, ainsi que des sessions de pratique sous forme de laboratoire (avec Ray Chung), une table ronde, l’analyse de vidéos historiques et la présentation de l’édition italienne de l’ouvrage Sharing the Dance : Contact Improvisation and American Culture (Cynthia Novack, 1990).
Pendant la première des deux sessions qui ont eu lieu le 30 novembre, Origini, influenze e contesti di diffusione della Contact Improvisation/Origines, influences et contextes de diffusion du Contact Improvisation, présidée par Carmen Palumbo (université de Palerme), une réflexion de Rossella Mazzaglia (université de Messina) a concerné l’activité de la première génération des danseurs et danseuses (dont Steve Paxton et Nancy Stark Smith) au sein des mouvements de la contre-culture américaine des années 1960-1970. Francesca Beatrice Vista (université « La Sapienza » de Rome) a montré des documents provenant de l’archive de Fabio Sargentini attestant la venue à Rome, dès la fin des années 1960, des artistes de la Judson Church, protagonistes majeurs de la postmodern dance et du Contact Improvisation. Quant à Colleen Bartley (danseuse et chercheuse indépendante) et Nita Little (pionnière CI, PhD university of California Davis, San Francisco), elles ont analysé le parcours de recherche sur la sensibilité corporelle fait par Nita Little à partir des pratiques du Contact Improvisation jusqu’au développement de l’Institute for the Study of Somatic Communication. Keith Hennessy (performer, PhD university of California Davis, San Francisco) a ensuite présenté en visioconférence ses recherches de doctorat concernant les activités de quatre enseignants, organisateurs et performers dans l’une des plus grandes communautés de Contact Improvisation aux États-Unis (Bay Area).
Au cours de la deuxième session, Pensare le pratiche della Contact Improvisation/Penser les pratiques du Contact Improvisation, présidée par Isabella Cedro (université « Aldo Moro » de Bari), Alice Godfroy (université Côte d’Azur) et Emma Bigé (Labodanse, CNRS, Paris) ont présenté une conférence dansée entre discours théorique et expérience pratique. Marika Rizzi (artiste chorégraphique) a, quant à elle, proposé une analyse du Contact Improvisation par le biais de documents vidéo, à partir de la notion de support.
Le colloque mélangeant discours théorique et pratique du mouvement, l’artiste performer, enseignant et ingénieur Ray Chung, avec l’accompagnement de Marco Ariano (compositeur et musicien accompagnateur pour la danse), a conduit trois ateliers pratiques, suivis par une trentaine de participant·e·s et par certains collaborateur·trice·s du colloque.

Colloque international “You come. We’ll show you what we do. Histoires et pratiques du Contact Improvisation”, organisé par AIRDanza (Associazione Italiana per la Ricerca sulla Danza) en collaboration avec l’aCD (association des Chercheurs en Danse), 30 novembre, 1 et 2 décembre 2018, MACRO ASILO, Rome (Italie), images extraites de l’Atelier de Contact Improvisation conduit par
 Ray Chung.

À la fin de ce workshop, des échanges verbaux menés par Emma Bigé et Alice Godfroy en dialogue avec Ray Chung – avec la complicité de Francesca Magnini (université « La Sapienza » de Rome) – ont mis en connexion les expériences proprioceptives et kinésiques avec les discours analytiques, ce qui a donné une cohérence à l’articulation des théories et des pratiques qui était à la base de la conception du colloque.
Une Jam, à savoir un temps d’expérimentation libre de la pratique, a également eu lieu le 1er décembre dans les espaces loués de Choronde (YWCA) et réuni une quarantaine de personnes appartenant à la communauté des contacters.
Lors de la dernière journée, Simona Lisi (artiste et chercheuse indépendante) a proposé une analyse du Contact Improvisation dans le travail de Steve Paxton avec ses danseurs et danseuses, et ce à partir de sources vidéos telles que Chute, Magnesium, Soft Pallet et Material for the Spine. Une table ronde a ensuite permis aux intervenant·e·s de revenir sur les circonstances et les modalités de l’enracinement en Italie du Contact Improvisation. Introduite par José Sasportes (écrivain et historien de la danse), elle a été animée par divers chercheur·se·s et praticien·ne·s tels que Fabio Sargentini, Elena Cervellati (université de Bologne), Laura Delfini (experte labanienne et danzaeducatrice®), Irina Harris (psychothérapeute, New York), Noretta Nori (chercheuse indépendante), Elena Viti (Accademia Nazionale di Danza, Rome), Monica Vannucchi (Accademia Nazionale d’Arte drammatica Silvio D’Amico, Rome), Gabriella Stazio (chorégraphe, Movimento Danza, Naples), Charlotte Zerbey (chorégraphe, Company Blu, Sesto Fiorentino), Rossella Fiumi (artiste indépendante, ZIPfest, Orvieto), Alessandra Sini (chorégraphe, doctorante université Côte d’Azur), Simonetta Alessandri (Dance Artist, Trinity Laban, Londres), Barbara Bandini Lucarini (enseignante CI et danse-thérapeute, Rome), Vera De Propris (enseignante et danseuse CI, Rome). Les différentes interventions ont eu le mérite d’esquisser le paysage en Italie du Contact Improvisation à partir des années 1970. Elles ont évoqué, l’une après l’autre, la présence de l’avant-garde artistique américaine à la galerie l’Attico ; la présence à Bologne, à la fin des années 1970, de Steve Paxton et Simon Forti ; le recours au Contact Improvisation dans les pratiques thérapeutiques, mais aussi en milieu carcéral, dans les activités menées avec la population des jeunes adultes, ou encore, au sein des communautés en difficultés à Naples et dans les laboratoires de danse proposés à des écoliers romains ; l’influence de Steve Paxton dans le travail des chorégraphes romains pendant les années 1980, et du Contact dans la recherche artistique de la compagnie Altro Teatro dirigée par la chorégraphe Lucia Latour ; l’expérience du Contact Improvisation dans des contextes tels que le ZIPfest de Orvieto, le réseau Romacontact et Contact Camp.
Le colloque s’est achevé avec la présentation de l’édition italienne, sous la direction de Francesca Falcone et de Patrizia Veroli, de l’ouvrage incontournable de Cynthia Novack (Sharing the Dance. Contact Improvisation and American Culture), traduit en italien sous le titre Contact Improvisation. Storia e Tecnica di una danza contemporanea (Dino Audino éditeur, 2018). Emanuela Ferreri (université « La Sapienza » de Rome) et Alessandra Sini ont alors pris la parole pour mettre en exergue l’approche interdisciplinaire utilisée par Novack pour analyser les motivations et le contexte dans lesquels cette recherche sur le mouvement s’est développée, au sein des mouvements libertaires de la fin des années 1960 aux États Unis.
Un riche panorama sur le Contact Improvisation, fait de réflexions, de témoignages et de pratiques du mouvement, qui, comme nous l’avons dit, trouvera très prochainement une extension éditoriale, très attendue par le public des lecteur·trice·s en danse.

Ray Chung

Rétrospective – Recherches en danse #9 “Danse(s) et populaire(s)”

Sous la direction de Sarah Andrieu, Laura Fanouillet et Betty Lefèvre

Dans un contexte où les études sur les pratiques de danses populaires sont rares et dispersées, ce numéro 9 de la revue Recherches en danse entend à la fois questionner la catégorie « danse populaire », dresser un état des lieux des études sur les pratiques de danses conçues comme populaires et contribuer à faire (re)connaître ce champ de recherches au sein des études francophones, tout en le situant dans son actualité internationale. Les treize articles qui composent ce numéro offrent une pluralité d’approches tant du point de vue théorique, méthodologique qu’épistémologique. Cette diversité des regards posés sur une même thématique « danse(s) et populaire(s) » participe de sa force par sa capacité à décentrer les questionnements et à faire émerger d’autres problématiques telles que celle du genre, de la performance, de la représentation ou de l’expérimentation des gestes ordinaires.

Présentation du numéro 9 « Danse(s) et populaire(s)», décembre 2020, sous la direction de Sarah Andrieu, Laura Fanouillet et Betty Lefèvre, avec le comité scientifique éditorial.

La revue Recherches en danse, en accès gratuit, est publiée en ligne ici : https://journals.openedition.org/danse/

Un nouvel espace réflexif

Bienvenu.e.s !

Chroniques de recherches en danse voit le jour en 2021, après une année singulière où le besoin de partager et communiquer a durement été mis à l’épreuve. Plus que jamais nous souhaitons continuer à nous ouvrir à des réseaux qui puissent élargir notre champ disciplinaire afin de dialoguer, jouer avec la connaissance ou la controverse, échanger, débattre.

Ce carnet a été pensé comme un prolongement de l’association des chercheurs en danse, telle une nouvelle branche sur laquelle se ressourcer, mettre en valeur les actions réalisées par ou avec l’aCD, et faciliter le partage. Forts d’une expérience participative commencée en 2007, nous souhaitons promouvoir l’effet de collaboration et la mise à disposition des recherches à un public ouvert et diversifié, développant la communication scientifique directe.

Une place particulière sera consacrée « aux temps » de la recherche, tant aux temps forts de l’association qu’à l’expérience individuelle qui prend forme lorsqu’on est « en recherche ». Les contributions pourront s’exprimer ici sous de multiples formats, avec des atouts multimédias qui en amplifieront le sens ou l’accès. En complément du site de l’aCD et de la revue Recherches en danse, le carnet nous permettra d’être plus rapidement au pas avec l’actualité, de nous rapprocher davantage les uns des autres, mais aussi d’affiner notre regard à partir de nouveaux croisements, en lien avec d’autres pages issues d’horizons scientifiques différents.

Chercheurs, chercheuses : un nouvel espace s’ouvre à nous. Nous souhaitons que vous le fassiez votre, et qu’il favorise ce qui nous importe au plus haut point le partage et l’affinement des pratiques, des savoirs et des pensées.

Joëlle Vellet
Présidente de l’aCD

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search