Le défi de transposer l’univers scénique au cinéma

Annotations sur un processus créatif / Projet de création-recherche sigue Corriendo au sein de l’Université des Arts de l’Équateur (2018-2021)

Tournage du film sigue Corriendo

Ce travail découle d’un projet de création-recherche que j’ai mené en tant que professeur au département de danse de l’Université des Arts de Guayaquil, en Équateur. La première phase a été la réalisation d’une œuvre chorégraphique créée à Guayaquil en janvier 2019 avec un groupe d’étudiants en danse. La deuxième et troisième phase de ce projet ont abouti à la réalisation de « l’objet vidéo-danse » sigue Corriendo, interprété essentiellement par le même groupe de danseurs. Le film a été présenté pour la première fois au Festival international de danse de Guayaquil en juin 2021.

Il y a plusieurs années, j’ai commencé à explorer le domaine de la danse filmée, car j’étais attirée par les qualités visuelles de certains lieux et par la possibilité de les habiter avec des corps et des mouvements. Presque toutes mes expériences audiovisuelles ont été conçues à partir d’espaces géographiques et de lieux spécifiques. Je n’avais jamais auparavant transposé une œuvre chorégraphique conçue pour la scène au cinéma ou en vidéo.

Le travail chorégraphique proprement dit portait sur un groupe de jeunes dans une course constante. On perçoit chez eux une certaine fatigue, on ne sait pas exactement quel est leur objectif, mais il y a une urgence à continuer à courir, à arriver quelque part. Il y a des pauses dans cette marche continue où surgissent certaines situations centrées sur l’un des individus, mais le groupe finit toujours par se reconstituer. Ce qui m’a motivée à prendre la décision de poursuivre une expérience cinématographique, est que l’œuvre scénique suggère un imaginaire d’une grande richesse métaphorique ; mon but était en effet d’enrichir et de mettre en valeur par le langage audiovisuel les images travaillées dans la version chorégraphique.

Diego Falconí, professeur de l’école de cinéma de l’Université des Arts s’est imposé naturellement à la direction de la photographie. Il a organisé et fait venir un groupe d’étudiants de son école pour le tournage et le montage.

Le motif chorégraphique

La mise en scène chorégraphique est basée sur un trot/course particulier qui a défini la forme et le contenu de la proposition. Chaque étape de cette course était marquée par un son soufflé – ou plutôt snifflé – presque comme une interjection, où le son du sh se démarque. C’est devenu plus tard un shuk, shuk, shuk répétitif, que l’un des danseurs accentuait de manière irrégulière.

Cette course est devenue le motif chorégraphique qui a orienté la proposition vers la recherche d’un rythme commun. De cette action constante qui unifiait et intégrait les individus au sein d’un groupe, d’un collectif ou d’une petite communauté, se dévoilaient certains sens et significations qui pouvaient être de l’ordre de l’existentiel. Est-ce une fuite, une évasion, un exode, un voyage sans retour, un besoin d’arriver, d’aller où ?

D’autre part, courir implique de passer d’un endroit à un autre, c’est un transfert, un déplacement qui dans ce cas concerne directement le travail de composition car il dessine en même temps qu’il transforme l’espace.

La version scénique évoque chez le spectateur un espace imaginaire subjectif, dans le sens où il n’y a pas de références spécifiques aux espaces traversés par le groupe. Tandis que dans la version cinématographique les lieux traversés par les danseurs sont concrétisés, visualisés, et deviennent réalité. De toute évidence, le langage cinématographique facilite le déplacement physique et géographique de ce groupe de jeunes : c’est-à-dire que maintenant,  ils trottent et voyagent vraiment d’une géographie physique à une autre.  Dès les montagnes, ils courent sur les rochers de la plage. De là, ils trottent vers des zones désertiques, ils traversent des parcs urbains, ils continuent à l’intérieur d’espaces clos et ils se retrouvent sur les hauts plateaux andins.

Tournage du film sigue Corriendo

Le son de l’action

L’œuvre dansée en live ne porte pas de musique : ce sont les sons émis par les danseurs et le pouls installés dans la course, qui ont soutenu le rythme sonore et visuel de l’œuvre. Et ce, grâce au soutien du musicien Federico Valdez, avec qui je collabore depuis plus de dix ans sur la relation entre musique et danse. Dès le début, il a été très proche de ce projet en donnant des observations et des orientations dans ce sens, il est même intervenu dans les premières présentations du travail chorégraphique, accompagnant de manière très ponctuelle avec sa voix, des flûtes et le son de ses propres pas sur le sol.

Cependant, nous avons ressenti ensemble le besoin d’une création musicale pour la version cinématographique qui puisse maintenir le rythme et le ton souhaités. La bande sonore remplit plusieurs fonctions dans le film : elle intègre les sons émis par les interprètes tout en gardant leur rôle principal, elle met en valeur et renforce la composante émotionnelle, et elle contribue à la continuité des changements de plans (des différents espaces géographiques), donnant ainsi une fluidité au montage.

La musicalisation a été la dernière étape du projet ; c’est Federico qui l’a totalement prise en charge en réalisant l’édition audio. Au départ, l’une des étudiantes en cinéma devait s’occuper de ce travail, mais finalement elle n’a pas pu le faire car la crise sanitaire nous a traversés et nous a forcés à travailler à distance, loin des équipes et des studios de l’université.


Les adaptations à la géographie

Pour des raisons de logistique, de temps et d’organisation, en tant qu’équipe d’enseignants et d’étudiants, nous savions qu’une partie de l’expérience de ce projet comportait certains aspects chorégraphiques qui devaient être résolus in situ. Filmer dans des espaces naturels a en effet impliqué une capacité d’adaptation immédiate, au terrain, au vent, aux petits insectes, aux animaux de passage et aux climats extrêmes. Danser dans des géographies spécifiques modifie les axes d’équilibre et d’orientation, en raison des surfaces inégales de sable, rochers, herbe, buissons, etc.

La prise de vue finale, où l’action consistait en plusieurs rencontres et embrassements entre eux, a été tourné dans un endroit magnifique, le Paramo, dans le Parc National Cajas, au sud des hauts plateaux équatoriens. La photographie était spectaculaire : en arrière-plan se trouvait un lac et au loin les montagnes, mais il faisait très froid et le sol en herbe était trempé. Les chaussures des danseurs étaient inévitablement mouillées, et les costumes étaient faits de tissu très léger. Chaque fois que le « CORTEN! » était annoncé, nous avions nos couvertures et nos manteaux prêts à les border.

Le froid nous a obligés à modifier le programme et à nous en tenir au nombre minimum de prises. Certains des interprètes qui venaient de la région côtière de l’Équateur étaient presque au bord des larmes à cause de cette difficulté, ce qui a donné un ton plus dramatique et une plus grande urgence, accentuant certaines des significations conçues dans cette scène.

Tournage du film sigue Corriendo

La fin, tandis que le brouillard tombe

Le travail chorégraphique en live se termine avec le groupe partant de la même manière qu’il entre : avec ce trot particulier qui l’identifie et que le spectateur pourrait interpréter comme un trot qui se poursuit à l’infini. Cependant, la géographie et les conditions atmosphériques spécifiques du lieu ont entraîné la modification de la fin du film. Ainsi, cette dimension de l’inattendu liée à la nature a été intégrée de manière organique au projet. Je vais essayer de décrire la scène finale du film :

Ils ralentissent progressivement, jusqu’à ce qu’ils trottent presque imperceptiblement sur place. Ils finissent par se taire, debout, la tête penchée, lourde, et les bras pendant le long du corps. Peu à peu ils se perdent dans la brume qui les envahit… Jusqu’à ce que leurs corps disparaissent dans le brouillard.

Tout devient blanc…

Le film sigue Corriendo est sorti en juin 2021, et a été invité à participer à plusieurs festivals en Équateur, en Angleterre et en Argentine. 

Tournage du film sigue Corriendo

Crédits du film

Réalisation et chorégraphie : Talía Falconi

Direction de la photographie : Diego Falconí

Son et musique originale : Federico Valdez (Federea)

Édition: Brayan Santiago Cadena Yambay

Interprètes: Juan Chávez, Ronald Mejía, Khrystel Ortiz, Jimel Palacios, Bryan Chávez, Ronny Tabango, Ivanna Ricardo y Leslie Veliz.

Caméraman 1: Brayan Santiago Cadena Yambay

Caméraman 2: María Emilia Vega Miranda

Caméraman 3: Jonathan Geovanny Muñoz Mera

Son direct : Andrea Gabriela Portillo Guamialamá

Assistant sonore : Sajid Nicolay Agila Aulestia

Coordinateur de montage: Diego Falconí

Talía Falconi est née à Quito, en Équateur. Depuis plus de 30 ans, elle travaille comme artiste indépendant dans la création, la production et la diffusion d’œuvres chorégraphiques, ainsi que la vidéo-danse. Elle a été invitée à réaliser des ateliers, des résidences artistiques et des productions chorégraphiques avec diverses compagnies et espaces de danse et cirque au Venezuela, en Colombie, en Équateur, en Espagne, en France, en Bolivie, aux États-Unis et au Mexique. En 2010, elle commence à développer des projets scéniques en collaboration avec Federea.

https://www.taliafalconi.com/video-dance.html


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.